صحيفة إلكترونية استقصائية ساخرة

Un commerce plus juste et plus équitable

Pour les parlementaires « Un commerce plus juste et plus équitable passe d’abord par l’aboutissement du Cycle de Doha »

Genève, le 22 mars 2011 – N° 348

Prenant la parole lors d’une conférence de presse conjointe aux côtés du Directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, et de l’un des Vice-Présidents du Parlement européen, Stavros Lambrinidis, le sénateur Donald H. Oliver (Canada), membre du Comité exécutif de l’Union interparlementaire (UIP), a remercié M. Lamy d’avoir aidé la Conférence parlementaire conjointe sur l’OMC à prendre son essor et d’avoir encouragé ainsi le débat entre parlementaires et négociateurs. Il a souligné qu’il était important de créer un lien avec les électeurs sur les enjeux du commerce mondial.  Enfin, il s’est félicité de la forte représentation des pays en développement à la Conférence, soulignant qu’ils seraient les principaux bénéficiaires d’un accord commercial mondial.

            « Nous ne pouvons pas rester enfermés dans notre coquille et nous devons lutter contre la peur qui domine le débat dans nos sociétés », a déclaré M. Lambrinidis à la conférence de presse de la septième édition de la Conférence parlementaire sur l’OMC, à Genève. « Le rôle des parlements dans le cycle des négociations commerciales mondiales ne se borne pas à la ratification de l’accord final. Ils doivent aussi relayer les préoccupations du public auprès des négociateurs avant qu’un accord final soit conclu », a-t-il ajouté.

            M. Lamy s’est réjoui de ce que la Conférence se tienne à l’OMC, notant que « cela concourt à la légitimité démocratique de l’Organisation ». Et il a ajouté que « rien ne pouvait se faire ici sans le feu vert des parlementaires ». Après la conférence de presse, M. Lamy et les co-présidents de la Conférence ont pris part à une audition réunissant tous les participants durant laquelle ils ont débattu de l’état d’avancement des négociations sur le Programme de Doha pour le développement. M. Lamy a répété aux parlementaires : «Je sais bien que nous ne pourrons pas parachever ce cycle sans votre engagement et votre soutien exprès, d’où l’importance de notre dialogue aujourd’hui ».

Faire aboutir Doha cette année, assurer la cohérence des politiques

            Dans le document final de la Conférence, les parlementaires se disent convaincus que l’OMC doit posséder une dimension parlementaire solide et efficace et saluent le fait que, pour la première fois, une session annuelle de la Conférence parlementaire sur l’OMC s’est tenue dans les locaux de cette organisation intergouvernementale. Le texte insiste également sur l’importance de parachever le Cycle de Doha de négociations commerciales, notant qu’« il faut passer à la vitesse supérieure, en alimentant la dynamique enclenchée pour faire aboutir les négociations d’ici à la fin de l’année ».

            Les parlementaires ont en outre fait état des liens essentiels qui doivent exister entre libéralisation du commerce et développement durable, appelant à une plus grande cohérence entre les différentes composantes de la gouvernance mondiale, notamment l’OMC, les institutions de Bretton Woods, l’Organisation des Nations Unies et l’OIT. Fruit de négociations parfois difficiles entre délégations, le document final appelle les pays développés à « donner immédiatement à tous les produits originaires des pays les moins avancés un accès au marché en franchise de droits et sans contingent, sur une base durable et prévisible », mais ajoute que « les économies en développement, qui sont suffisamment avancées pour le faire, ou qui se déclarent elles-mêmes en état de le faire, doivent elles aussi contribuer à ce processus ».

Contexte

L’édition 2011 de la Conférence parlementaire sur l’OMC s’est tenue à Genève les 21 et 22 mars. Cette réunion, initiative conjointe du Parlement européen et de l’Union interparlementaire, avait pour objectif principal de rendre l’OMC plus transparente vis-à-vis de l’extérieur et de faire en sorte que cette organisation intergouvernementale rende compte de son action aux parlementaires en tant que représentants élus du peuple. Une délégation de 15 membres du Parlement européen a pris part à la réunion, qui a rassemblé près de 200 parlementaires de 67 parlements nationaux et de quatre assemblées parlementaires.

 

تعليقات الزوار
Loading...